L'Histoire (la grande !)

Petite histoire des invasions vikings… 1- Les Danois

Les nouveaux « barbares »

Aux VIIIe, IX et Xe s. commence la seconde grande vague d’« invasions barbares » : après les Ostrogoths, les Wisigoths, les Lombards, les Burgondes, les Francs, les Vandales, Les Angles, les Jutes, les Saxons et tant d’autres, c’est au tour des Sarrasins, des Scandinaves, des Magyars et des Bulgares de mettre à mal l’Occident et d’en bouleverser l’ordre établi.

La première vague “barbare” était venue ébranler les fondations de l’Empire Roman d’Occident, dont la chute, en 476, marque traditionnellement la transition entre l’Antiquité et le Moyen-Age. La seconde vient ravager la Chrétienté fraîchement établie dans ce qui deviendra, bien, plus tard, le continent européen.

Ce sont les nouveaux « barbares » de l’Occident. La première vague s’est installée, a fondé des royaumes et s’est quasiment intégralement christianisée et fondue aux populations locales. Les nouveaux mouvements migratoires, bien souvent belliqueux, viennent donc de nouveau perturber un équilibre à peine retrouvé.

Tandis que les Sarrasins (ou Maures) s’emparent de la Méditerranée et que les Magyars et Bulgares s’acharnent sur l’Europe centrale et orientale, les Vikings déferlent depuis le nord comme une cascade sanguinaire : ils longent les côtes, remontent les fleuves, traversent les mers et frappent tout l’Occident, de l’Irlande à la Volga et de la mer Baltique à la mer Rouge. Ils pénètrent les terres, portent leurs bateaux quand il le faut, remontent les cours d’eau, les rivières, les lacs ; ils assiègent, pillent et repartent.

Zoom sur les Vikings

Le but de cet article est de donner un aperçu global des déplacements, des invasions et des mouvements vikings (et non d’en analyser la culture – pour cela, je vous renvoie à tous les bonus que je propose en complément de mon roman L’amour, la mer, le fer et le sang, dans l’article “bonus” correspondant) afin de parvenir à les appréhender dans leur (formidable) ensemble.

Je me concentrerai ensuite, pour cette fois, sur les conquêtes, flux et voyages plus particulièrement danois, le héros de mon roman étant issu de ce peuple. La prochaine fois, je vous parlerai probablement plus en détail des Norvégiens (edit : voir ma Petite Histoire des Vikings – 2 : les Norvégiens et ma Petite Histoire de l’Islande), puisque c’est dans la Norvège médiévale que j’ai l’intention de placer l’une de mes prochaines intrigues romanesques (edit octobre 2019 : voir mon roman Comme une aurore dans la brume)… Et je n’exclus pas non plus la possibilité d’un futur scénario en pays slave, mettant en scène des Suédois, ce qui me donnerait aussi l’occasion d’aborder plus en détail les mouvements de ce 3e peuple !

Petit panoramique des grandes expéditions vikings

En ultra-résumé : chacun des 3 peuples du Nord  conduit ses expéditions en fonction de sa zone géographique d’origine :

  • les Norvégiens se sont tournés vers l’ouest et le nord : ils ont colonisé :
    • toutes les îles écossaises (Shetland, Orcades, Hébrides) (mon roman Shaena se déroule dans les Orcades norvégiennes du XIIIe s. – les archipels du nord resteront aux mains des Vikings pendant 6 siècles !)
    • les côtes nord et ouest de l’Ecosse
    • le Galloway
    • l’Irlande
    • les îles de la mer d’Irlande (comme l’île de Man)
    • les îles Féroé
    • l’Islande (voir ma Petite Histoire de l’Islande)
    • le Groenland
    • et même touché le Canada actuel (Terre-Neuve, Labrador…) avant de se faire refouler (très rapidement) par les autochtones, semble-t-il
    • Pour plus de détails, c’est ici :  mon article Petite Histoire des Vikings – 2 : les Norvégiens 
  • les Danois se sont concentrés vers l’ouest et le sud :
    • les rives flamandes et frisonnes (nord-ouest de l’Allemagne actuelle et Pays-Bas actuels), tout près d’eux
    • les royaumes d’Angleterre (Northumbrie, Wessex, Mercie, Est-Anglie, Sussex, Essex, Kent…), tout près d’eux également…
    • la Francie, ses côtes et ses fleuves
    • puis, en descendant le long du Golfe de Gascogne, la péninsule ibérique et Al-Andalus…
    • la Provence
    • les côtes italiennes
    • le nord de l’Afrique
    • la Sicile, via leur descendants Normands
  • C’est tout naturellement que les Suédois, ou Varègues (ou encore « Rus » = « roux » comme les slaves les nommaient) se seront tournés vers :
    • l’est de la mer Baltique, les pays baltes
    • la Volga
    • le Dniepr
    • et les contrées slaves jusqu’à Byzance, la mer Noire, la mer Caspienne et la mer Rouge.
    • Ils fondèrent les principautés de Kiev et de Novgorod et la Russie leur doit son nom !

Les 3 peuples mènent leurs raids et incursions en parallèle.

Les Danois

Dès avant 700, donc bien avant « l’ère viking » proprement dite (793-1066, du sac de Lindisfarne à la conquête de l’Angleterre par Guillaume de Normandie, alias Guillaume le Conquérant), les Norvégiens se seraient implantés dans les Orcades et les Hébrides tandis que les Varègues explorent les terres slaves. Ils continueront ensuite leurs expéditions respectives au cours des siècles suivants.

Mais en ce qui concerne les Danois, c’est aux IXe et Xe siècles qu’ils sont les plus virulents et se déchaînent sur les côtes franques et anglo-saxonnes, en particulier.

NB : autant le dire tout de suite : quelques clans suédois et norvégiens ont aussi, à l’occasion, sillonné la mer du Nord, touché les rivages de l’ouest du continent européen et fait des incursions en Méditerranée… Tout n’est pas strictement compartimenté et les 3 peuples ne se sont pas ouvertement partagé l’Europe ! Je parle ici des grandes tendances que l’on connaît : les Norvégiens se sont concentrés sur le nord-ouest, les Suédois sur le sud-est, et les Danois sur le sud et l’ouest. Mais quelques clans et félags suédois et norvégiens se sont joints à ces derniers ou ont parfois fait leurs propres expéditions sur les mêmes rivages, tout en restant minoritaires dans ces contrées harcelées par les Danois.

D’abord, la Francie

Durant toute la première moitié du IXe siècle, et jusqu’en 860 environ, ils se concentrent sur la Francie (ce qui ne les empêche pas de mener un petit raid ou deux, ici ou là, en Grande-Bretagne, tandis que les Norvégiens s’acharnent sur l’Ecosse et l’Irlande) : chaque année ou presque, ils viennent remonter les grands fleuves francs.

Rappelons qu’à l’époque, la Francie dans son ensemble désigne l’ancien empire de Charlemagne, démembré en 843 entre ses petits-fils par le traité de Verdun : il existe alors la Francie Occidentale (l’essentiel de la France actuelle, aux mains de Charles le Chauve), la Francie Orientale (ou Germanie, l’essentiel de l’Allemagne actuelle, aux mains de Louis le Germanique) et la Francie Médiane (ou Lotharingie, au milieu), aux mains de… Lothaire, évidemment (et où se trouve Aix-la-Chapelle, au passage).

Les 3 « Francie » sont frappées mais on se doute que c’est la Francie occidentale qui est la plus touchée (beaucoup plus de littoraux, et les Vikings se déplacent en bateau, le long des côtes et des fleuves, et non pas à pied par voie continentale, comme les Barbares de la première vague).

Comme je le mentionne dans L’amour, la mer, le fer et le sang, on peut dire, je pense, que pas une grande ville, pas une abbaye/collégiale/monastère (monts Saint-Michel, Saint-Philibert, Jumièges, Saint-Wandrille, Saint-Bavon, Saint-Fromond etc), pas une île (Ré, Oléron, Noirmoutier…), pas un fleuve (Meuse, Seine, Loire, Escaut, Rhin, Garonne, Rhône…) ne sont épargnés. De 840 à 860, c’est un enchaînement permanent de sacs, d’incendies, de sièges et de raids. On remarquera le lien étroit entre l’accélération des raids danois et la fragilité de la Francie carolingienne due aux dissensions dynastiques entre ses descendants (cristallisées en 843 par le traité susmentionné) et donc à la décadence politique de l’empire franc : Nantes, Paris (de nombreuses fois), Toulouse, Bordeaux, Saintes, Tours, Rouen, Anvers, Auch, Clermont, Périgueux, Narbonne, Nîmes… Je ne vous refais pas l’article, je cite tout dans le roman en note de bas de page, pour votre plus grand supplice ! ^^

A noter tout de même : ces attaques ont été de types différents et ont évolué au fil des décennies :

  • Tout d’abord, des raids rapides visant des lieux proches des rivages, des endroits riches et peu défendus (type : des monastères et abbayes, mais aussi des villages sans défense)
  • Puis les Vikings commencent à remonter les fleuves, mais visent toujours les villes et lieux mal défendus et faciles à piller (de espions et éclaireurs leur préparent le terrain en amont)
  • Des groupes plus nombreux pénètrent de plus en plus profondément dans les terres et commencent à capturer des nobles, à les rançonner et embarquent les plus pauvres comme esclaves
  • Ils se mettent ensuite à hiverner sur place, créer des camps, construire des fortins, passer un hiver, voire deux, sur place, avant de repartir…
  • Enfin, ils se mettent à vouloir conquérir des territoires – et c’est là que la résistance franque va véritablement se mettre en place

Un petit tour au sud

De 859 à 861, les Danois mènent une incursion en Méditerranée : ils contournent l’Espagne (et ne manquent pas de ravager « quelques » villes au passage), passent Gibraltar, touchent la Camargue, puis atteignent l’Italie et le nord de l’Afrique avant de rentrer (cf. le listing de ces villes que je fais dans mon roman en note de bas de page).

Ça se corse en Francie

Enfin, Charles le Chauve, débarrassé de son frère Lothaire (son plus proche voisin), entreprend de fortifier son royaume (c’est le début du système féodal, des seigneurs locaux et de la hiérarchie nobiliaire : le roi délègue une partie du pouvoir militaire à des chefs de guerre (premiers aristocrates) à qui il donne des fiefs en échange de leur défense assidue contre les raids vikings). Le roi fait élever des châteaux et des ponts fortifiés dans les secteurs régulièrement mis à sac. Les Danois, opportunistes, se désintéressent de la Francie et se tournent alors vers l’Angleterre. Et c’est là que mon roman commence !^^

Sus aux Anglo-saxons !

865 : une grande armée païenne envahit l’Est-Anglie, puis la Northumbrie, la Mercie, et regroupe en quelques années toute la partie est de l’Angleterre actuelle sous la loi danoise : un royaume est fondé : c’est le « Danelaw ». Contexte (vous ferai-je offense en le rappelant ?) de mon roman. Comme je le mentionne dans mon article « Les coulisses » de ce roman, j’ai condensé sur un été des faits qui ont en réalité pris 10-15 ans !

A noter : à la même période (entre 860 et 880), les Norvégiens découvrent l’Islande (où quelques moines irlandais s’étaient déjà isolés) et fondent Reykjavik, tandis que les Varègues poussent leurs raids jusqu’en Perse !!!

C’est reparti côté Francie !

Dès 880, les Vikings, apprenant la mort de Charles le Chauve en France, et rencontrant par ailleurs une opposition farouche en Angleterre (après 15 ans de conquêtes plutôt faciles) par le roi du Wessex, Alfred le Grand, se détournent de l’Angleterre et retournent en Francie : Seine, Picardie, Bourgogne, Vermandois, Loire, Neustrie… De nouvelles villes tombent : Aras, Cambrai, Courtrai, Amiens, Liège, Aix-la-Chapelle, Paris pour la 4e fois lors d’un gigantesque siège (700 navires danois remontent la Seine pour l’occasion)…

… si bien qu’en 911, date importante dans l’Histoire de France, par le traité de St-Clair-sur-Epte, le chef normand Rollon reçoit de Charles le Simple les comtés de Rouen, d’Evreux et de Lisieux. Il se fait baptiser et devient le premier duc de Normandie. Guillaume (le Conquérant) sera l’un de ses descendants… (et donc d’origine viking !)

Les Normands se tournent alors vers la Bretagne et les batailles font rage entre Normands et Bretons de 919 à 939.

Oh et puis non, on retourne en Angleterre

Pendant ce temps-là, outre-Manche, les Danois « d’Angleterre » sont malmenés par Alfred le Grand (roi du Wessex puis premier roi « des anglo-saxons »), puis son successeur, Edouard l’Ancien, puis Æthelstan (premier à se dire « roi des Anglais » ou « roi de toute la Grande-Bretagne »), Edmond Ier, Eadred, Eadwig, Edgar, Edouard le martyr. Les Vikings maintiennent tant bien que mal le royaume du Danelaw en place – succession de défaites et de victoires du règne d’Alfred (871-899) à celui d’Edouard (971-978). Un siècle, 8 rois anglais. Ça donne une idée de l’ambiance.

En 991, Æthelred le Malavisé (son surnom laisse présager la suite), face à une nouvelle invasion danoise, doit leur payer un danegeld (tribut).

En 1013, Sven, roi de Danemark, dont le royaume a peu a peu été unifié (et s’est mis à dominer la Norvège) à partir de 950 (règne d’Harald à la dent bleue qui entreprend l’unification du Danemark et la conquête de la Norvège – oui parce qu’il ne faut pas croire que, sous prétexte qu’on est occupé à l’est, au sud ou à l’ouest, on ne peut pas faire la guerre aussi chez soi, entre voisins !) envahit de nouveau l’Angleterre. Il est reconnu roi du Danelaw et s’empare de Londres.

Son fils Knut le Grand est choisi pour roi par les troupes danoises d’Angleterre et épouse… la veuve du feu roi anglais, mort sous les coups de Sven ! Il poursuit la bataille en Angleterre pendant que son frère, Harald, hérite du royaume du Danemark. Mais lorsque ce dernier meurt, Knut hérite à son tour de ce royaume. Il est bientôt roi du Danemark, de Norvège… et d’Angleterre ! (oui, ça a bien eu lieu !)

Mais à sa mort en 1035, son empire est disloqué (l’Histoire semble souvent se répéter, vous ne trouvez pas ?). L’opposition entre la maison de Jelling (rois danois, lignée d’Harald à la dent bleue, de Sven, de Knut…) et la maison de Wessex (rois anglais) pour le trône d’Angleterre trouve finalement une fin avec le débarquement du Normand Guillaume qui conquiert l’Angleterre en 1066. Je vous passe les détails de cette période très troublée car, de 1013 (invasion de l’Angleterre par Sven) à l’arrivée de Guillaume, qui prend le pouvoir en 1066, on a 50 années extrêmement troubles où la dynastie de Jelling et celle de Wessex se déchirent pour le trône d’Angleterre. Ceci peut se résumer de la façon suivante : sur le trône d’Angleterre, nous avons :

  • De 924 à 1013, donc d’ Æthelstan à Æthelred le Malavisé : la maison de Wessex.

NB : date de départ : 924 car c’est la première fois qu’un roi du Wessex prend le titre de « roi des Anglais », donc qu’on peut parler de « trône » ou de « royaume » d’Angleterre – ou plutôt, à l’époque, « des Anglais ». Mais avant cela, nous avons bien sûr bien d’autres ascendants de la maison Wessex (Alfred, tout ça…) ! Ils sont alors uniquement à la tête du Wessex et du sud de l’Angleterre (et non héritiers du « trône d’Angleterre ») et investis de la mission de bouter les Danois hors du pays. La conscience nationale anglaise émerge avec les hostilités vikings à répétition et la volonté de s’unir contre l’envahisseur…

  • De 1013 à 1014: maison de Jelling

Règne de Sven, très court, en Angleterre : il a à peine le temps de s’imposer comme roi des Anglais (en plus d’être roi du Danemark et de Norvège, on l’a vu), qu’il meurt.

  • De 1014 à 1016 : maison de Wessex

Æthelred le Malavisé (qui n’est pas mort mais a fui devant Sven !) essaie de profiter de sa mort pour être restauré. Mais il meurt sous les coups de Knut, le fils de Sven, dès 1016… Quant à son fils, Edmond, il ne règne que quelques mois (d’avril à novembre 1016), avant de mourir à son tour.

  • De 1016 à 1042 : maison de Jelling

Knut, fils de Sven, règne sur la totalité de l’Angleterre à la mort d’Edmond. Il hérite ensuite des royaumes de Danemark et de Norvège. Ses deux fils Harold et Hardeknut lui succèdent (non sans s’être tiré dans les pattes mutuellement… je passe…)

  • De 1042 à 1066 : maison de Wessex

Elle profite de ce que Hardeknut meurt sans descendance pour reprendre le pouvoir. On a successivement les règnes d’Edouard le Confesseur (fils d’Æthelred le Malavisé), puis d’Harold Godwinson, son beau-frère.

Et c’est là que ça se corse : si vous vous y connaissez un peu en matière de droits de succession (dynastiques, j’entends !), vous me direz : mais qu’est-ce qu’un beau-frère vient hériter d’un royaume ?

Et c’est là que le bât blesse : si le dernier roi de la maison Wessex est dit « le Confesseur », on se doute qu’il est mort sans héritier. Résultat (classique) : une crise de succession.

Pour faire simple : chacun a des arguments pour revendiquer le trône d’Angleterre :

  • Harold Godwinson, comte de Wessex et beau-frère du défunt, élu par les nobles anglais ;
  • Guillaume de Normandie, petit-cousin d’Edouard le Confesseur (mais oui ! puisque son grand-père était le frère de la mère d’Edouard, 2e épouse d’ Æthelred, voyons !) et héritier désigné par celui-ci selon ses dires… ;
  • et même Harald Hardrada, roi de Norvège, qui avance qu’un accord avait été conclu au niveau de la génération antérieure (celle d’Hardeknut), le désignant comme successeur si Hardeknut mourait sans héritier…

Bref ! Je m’emballe, mais ceci n’est pas un article sur la conquête de l’Angleterre par Guillaume ! Si vous voulez tout savoir, voici l’article de Wiki sur le sujet : accrochez-vous, mais connaître tous les tenants  et les aboutissants en vaut la peine ! https://fr.wikipedia.org/wiki/Conqu%C3%AAte_normande_de_l%27Angleterre

Pour comprendre tout ça aussi : rien de tel qu’un petit coup de généalogie et d’enchaînement des dynasties : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_monarques_d%27Angleterre

Vous me croyez si je vous dis que c’est le genre de trucs que je peux passer des heures à décortiquer et à analyser pour comprendre l’enchaînement des successions et alliances ? ^^

En attendant, sachez juste qu’après avoir essuyé une tentative d’invasion de la part du roi de Norvège (Harald Hardrada), Harold Godwinson trace au sud et tente également de refouler les Normands de Guillaume qui déferlent depuis la Manche (cf. la tapisserie de Bayeux).

L’enchevêtrement des faits et fort compliqué dans la réalité, mais le résultat, on le connaît : Hastings, 1066, victoire de Guillaume, Harold est tué.

  • Conséquence : de 1066 à 1154 : maison de Normandie

Pour l’anecdote : 1154 : date d’une autre crise de succession ; d’une autre guerre plus ou moins « civile » ; et de l’arrivée d’une autre grande famille noble de France : les Plantagenêt.

Mais je me disperse !!!

Et je vous ai passé d’autres trucs tordus sur cette période… disons… pour le moins… « agitée ». Par exemple le fait que Hardeknut (fils de Knut, maison de Jelling) et Edouard le Confesseur (fils d’Æthelred le Malavisé, maison de Wessex) avaient la même mère… ben oui, puisque je vous ai dit que Knut avait eu l’idée saugrenue d’épouser Emma, la veuve de son rival Æthelred, mort durant l’invasion de Knut ! Faut suivre !! ^^ C’est d’ailleurs cette même Emma, sœur de Richard II de Normandie (grand-père de Guillaume le Conquérant), qui fera, par ses liens de sang, de Guillaume le petit-cousin d’Edouard ! Ça y est, je vous ai perdus ? Et ce n’est qu’une des milliers de petites anecdotes aussi casse-tête que jubilatoires dont regorge l’Histoire !

Bon ! Fini mes bêtises.

TOUT CELA POUR DIRE QUE :

Après des allers-retours réguliers entre côtes franques et rivages anglo-saxons, et même une incursion en Méditerranée, au cours de 2 siècles et demi d’invasions et de pillages, le dernier raid danois en Angleterre date de 1074 (il aura bien fallu 10 ans à Guillaume pour asseoir son autorité : sa conquête de l’Angleterre et la stabilisation de son pouvoir durent d’environ 1066 à 1075). Côté Francie, le dernier raid scandinave a pour sa part eu lieu autour de 1015.

Globalement, d’ailleurs, c’est au XIe s. que l’ère viking s’achève (ça dure un chouïa plus en Irlande et en Ecosse). En effet, passé l’an Mil, la Scandinavie finit par être christianisée et divisée en 3 royaumes distincts et centralisés : Le Danemark, La Suède et la Norvège. C’est la fin des raids et des expéditions d’exploration…

… mais des guerres entre voisins, certes non ! Ces 3 royaumes n’auront de cesse de chercher à s’assujettir et se conquérir les uns les autres… jusqu’au XXe s. !

Pour aller + loin : à voir, à lire…

Mon roman “L’amour, la mer, le fer et le sang” (disponible sur Amazon)

Toutes les vidéos/musiques/reportages/documentaires/séries de mon article « Bonus » de L’amour, la mer, le fer et le sang, à consulter ici.

Toutes les cartes géographiques et explications de mon article Le dessous des cartes de L’amour, la mer, le fer et le sang, à consulter ici

Mon article-zoom sur l’Histoire des Norvégiens, cette fois ! Ici : Petite Histoire des Vikings – 2 : les Norvégiens

Toujours sur les Scandinaves, ma Petite Histoire de l’Islande

Mon 2e roman historique sur les vikings, Comme une aurore dans la brume

Cette vidéo-synthèse concernant le devenir de ces 3 royaumes, justement : https://www.youtube.com/watch?v=2OR_IwbjrQ8

Une vidéo de synthèse super (pédagogique, claire et organisée !) sur l’Histoire des Vikings : https://www.youtube.com/watch?v=e6Rnm3z2-20

Ces articles Wikipédia :

1 – Articles généraux sur les Vikings, leur culture et leurs grandes expéditions

Les Vikings : https://fr.wikipedia.org/wiki/Vikings

L’Age des Vikings : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%82ge_des_Vikings

Chronologie des invasions vikings : https://fr.wikipedia.org/wiki/Chronologie_des_invasions_vikings

Une autre chronologie des Vikings : https://fr.wikipedia.org/wiki/Chronologie_des_Vikings

2 – Les Vikings en France

Les raids vikings en France (+ les sous-articles sur les batailles, sièges et sacs les plus notoires proposés à la fin de cet article généraliste) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Raids_vikings_en_France

3 – Les Vikings et l’Angleterre médiévale (une épopée longue de 2 siècles dont le tout début sert de cadre à mon roman)

Les raids vikings en Angleterre : https://fr.wikipedia.org/wiki/Raids_vikings_en_Angleterre

Le Danelaw : https://fr.wikipedia.org/wiki/Danelaw

L’histoire de l’Angleterre jusqu’à Guillaume : https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_l%27Angleterre_anglo-saxonne

La conquête normande de l’Angleterre par Guillaume (déjà mentionné au cours de l’article) https://fr.wikipedia.org/wiki/Conqu%C3%AAte_normande_de_l%27Angleterre

Texte : © Aurélie Depraz
Source images : Pixabay

Tagged , , , ,

2 thoughts on “Petite histoire des invasions vikings… 1- Les Danois

    1. Bonjour Philippe
      Rien n’est simple quand on parle de Vikings, surtout que leur histoire, très peu écrite, est complexe à reconstituer (et que peu de choses sont sûres !)
      Le royaume de Sicile était normand = créé par les Vikings installés en Normandie au Xe s. (des Danois mais aussi des Norvégiens) : car, comme je l’ai écrit dans mon article je crois, les peuples s’associaient souvent et la “répartition” des zones de raids et pillages n’était pas stricte et compartimentée ! Des clans de la Norvège actuelle s’alliaient parfois à des clans danois etc. Pour la Normandie, ça a été le cas : des Danois et des Norvégiens ensemble (même si la Francie était plutôt un territoire prisé par les Danois d’une façon générale).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *