Mes univers & personnages

Les coulisses de “L’amour, la mer, le fer et le sang”

Comme pour Pour l’amour d’une Sasunnach, aujourd’hui, les coulisses de L’amour, la mer, le fer et le sang vous sont révélées ! En mode interview, listes à puces, dans un style presque télégraphique, pour une longueur moindre et plus de peps !

Pourquoi le prénom de Sven pour mon héros danois ?

  • Comme pour tous mes héros, il s’agit avant tout, pour moi, d’une combinaison de critères rationnels et subjectifs. Sven, c’est un prénom :
    • Scandinave
    • qui connote (pour moi) le froid, le Nord, la brume, le gris et le bleu…
    • dont le visuel et la sonorité me plaisent : je trouve ce prénom doux, tendre et séduisant tout à la fois.
  • L’imaginaire auquel un prénom me renvoie est toujours fondamental. J’aime « Sven », ses quatre lettres, son côté suave et germano-nordique tout à la fois. Un prénom qui me fait rêver et qui renvoie à la bonne civilisation/région du monde, c’est tout ce qu’il me faut !
  • J’ai opté pour une orthographe légèrement simplifiée (celle à laquelle nous sommes habitués à le rencontrer en tant que Français) : Sven, et non Sveinn, comme on peut le rencontrer dans divers ouvrages sur l’Histoire du Danemark ; il y eut notamment – mais sans rapport avec mon histoire, hein ! – un roi du Danemark, de Norvège ET d’Angleterre, qui s’appelait Sveinn (fin IX-Xe s.) Pour en savoir plus sur lui : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sven_Ier_de_Danemark (NB : il y eut d’autres rois « Sven » au Danemark par la suite)
  • Quant à son nom de famille, Thorgeirsson… bien qu’il signifie « fils de Thorgeir » et soit donc tout à fait légitime et authentique (au même titre que les noms Haraldson, Björnsson, Eriksson etc)… je le soupçonne d’avoir été influencé par le vieux souvenir de ma BD préférée, adolescente : Thorgal (époque viking !)

Aalissia :

  • Comme pour Alannah, l’héroïne de mon premier roman, je le confesse : c’est un prénom inventé !
  • Pour être plus précise, il s’agit d’une petite adaptation personnelle d’un prénom médiéval anglais réel : Aelissia (mais qu’il aurait fallu écrire « Ælissia »). Or, je n’avais ni envie d’une orthographe moyennement lisible et d’un visuel qui perturbe la lecture (quand on a du mal à identifier la façon dont un nom doit être prononcé, on le mémorise mal !), ni d’un prénom qui renvoie, par son étymologie commune évidente, au roi de Northumbrie Ælle dont il est question à plusieurs reprises dans le roman. Je ne voulais ni créer d’association mentale injustifiée dans l’esprit du lecteur, ni laisser croire à une parenté quelconque, ni induire mon lecteur en erreur. Malgré l’abondance de prénoms commençant par « Æ » au Moyen-Age en Angleterre, le roi Ælle ayant vraiment existé, je ne voulais pas qu’on associe Ælle et Ælissia à tort et à travers.
  • Je me soupçonne par ailleurs, a posteriori, d’avoir été là aussi inconsciemment influencée par le vieux souvenir de Thorgal, héros éponyme des BD historico-fantastiques du même nom, dont l’épouse – et grand amour ! – s’appelle… Aaricia !

Anecdotes :

  • Vous l’aurez deviné : je me suis peu à peu rendu compte de l’influence exercée sur mon écriture par la BD Thorgal que j’adorais et collectionnais étant enfant/ado… jusqu’à la redoutable Aslug, qui n’est pas sans partager quelques traits (détestables !) avec la cruelle et sanguinaire Kriss de Valnor, ennemie jurée du couple Thorgal/Aaricia !
  • Søgen (nom du bateau de Sven, avec lequel il traverse les mers et débarque sur les rivages d’Est-Anglie pour y trouver son grand amour) : cela signifier « Quête » en danois…
  • « Knut » (comme « Sveinn ») fut le nom de plusieurs rois du Danemark et, plus tard, de Suède ! Pour en savoir plus sur ces rois : https://fr.wikipedia.org/wiki/Knut
  • J’ai toujours adoré les gauchers. Je voulais déjà faire d’Ian, le héros de mon premier roman, Pour l’amour d’une Sasunnach, un gaucher, mais l’occasion ne s’est pas présentée de mentionner ce détail. Pour Sven, par contre, une scène s’y prêtait : j’en ai profité pour faire de lui mon premier « gaucher » officiel ! ^^
  • Le surnom de Knut, « Blódöx », qui signifie « à la hache sanglante », fut dans la réalité celui d’un roi de Norvège, Erik Ier (vers 885-954), surnommé « hache sanglante » (vieux norrois « Eiríkr blóðöx Haraldsson », norvégien « Eirik Blodøks ») : il fut le 2nd roi de la Norvège (après Harald Ier, son père) et roi du  Royaume viking d’York. Il aurait reçu son surnom du fait d’avoir… tout simplement décapité ses 18 demi-frères pour accéder seul au vaste héritage laissé par son père. Pas de chance pour lui : c’est son dernier demi-frère, alors en Angleterre – et qu’il n’aura donc pu décapiter – qui causera sa perte ! https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89ric_Ier_de_Norv%C3%A8ge
  • Le surnom de l’autre berserker mentionné dans mon roman, Sigurd « Hardrada » (qui signifie « le féroce » ou « l’impitoyable »), fut en réalité celui d’un roi de Norvège (1046-1066), Harald Sigurdsson. Son épithète (Harðráði en vieux norrois) signifiait « au commandement dur », « l’Impitoyable » ou « le Sévère ». D’autres surnoms, plus romantiques, lui ont été donnés, tels que « l’Éclair du Nord » ou « le dernier des Vikings ». https://fr.wikipedia.org/wiki/Harald_Hardrada
  • Le prénom du petit frère d’Aalissia, Jake, n’existait pas au Moyen-Age (du moins, je n’en ai pas trouvé de trace). Ayant un petit faible pour ce prénom, de même que pour l’acteur Jake Gyllenhaal (d’origine… suédoise et anglaise !!! – et aristocratique, s’il vous plaît !), dont j’apprécie énormément la filmographie et le talent d’acteur, je me suis offert ce plaisir.
  • Quant au prénom « William », il existait bien au Moyen-Age et il s’agit de l’équivalent de notre « Guillaume », un prénom qui me tient beaucoup à cœur (c’était le nom de mon tout premier amoureux en maternelle !!)
  • Le personnage de Ragnar Lothbrok (le supposé père d’Ivarr, d’Halfdan et d’Ubbe) est, un peu comme le roi Arthur, à la fois légendaire, le héros de sagas et le mélange de plusieurs rois qui, eux, auraient existé. https://fr.wikipedia.org/wiki/Ragnar_Lodbrok C’est, pendant de nombreuses saisons, le héros principal de la série « Vikings ».

Pourquoi ce contexte ? Le Danemark, l’Est-Anglie, les invasions vikings ?

  • Comme pour l’Ecosse : avant tout parce que l’époque viking, c’est un contexte (une culture, un moment de l’Histoire, une civilisation) qui me passionne. Des peuples qui ont continué de fasciner l’Europe pendant plus d’un millénaire après la fin de leur « âge d’or » ; des peuples qui font rêver et frissonner les enfants à l’école ; des peuples aux qualités, aux prouesses et à la violence aussi extraordinaires qu’exagérées par la légende… Car d’un point de vue historique, les « Hommes du Nord », il faut l’avouer, ça a quand même été quelque chose ! Le terme « Viking » à lui tout seul charrie une quantité phénoménale d’images, de clichés et d’émotions. Il excite l’imaginaire, il fait peur, il connote la violence, les pillages, les viols, le sang, la mer, de grandes découvertes, de formidables navigateurs, des guerriers sanguinaires… L’époque des raids vikings semble souvent n’être qu’une ENORME anecdote (bien croustillante, et effrayante à souhait !) de l’Histoire, comme les Huns d’Attila… Mais en fait, quand on se plonge dans l’Histoire des Vikings, on découvre que c’est un phénomène de bien plus grande ampleur encore que tout ce qu’on a retenu/mémorisé : ils ont découvert l’Islande, le Groenland et même le Canada (prouvé aujourd’hui) ; ils ont pillé, razzié, saccagé, toutes les villes, tous les grands fleuves, toutes les abbayes, tous les monastères, toutes les cathédrales, incendié, ravagé, envahi toutes les côtes ! L’Ecosse, la Northumbrie, la Mercie, le Kent, Le Wessex, tous les royaumes d’Angleterre, l’Irlande, la Francie, l’Espagne, le nord de l’Afrique, la Provence, les îles méditerranéennes, les côtes italiennes, la mer Baltique, les pays slaves, l’actuelle Pologne, l’actuelle Biélorussie, l’actuelle Russie, l’actuelle Ukraine, jusqu’à la mer Noire, jusqu’à la mer Caspienne, jusqu’à Byzance, jusqu’au Caucase, jusqu’à la mer Rouge… fabuleux !!!
  • Et puis, les Vikings (et le formidable fantasme du conquérant qu’ils convoient), c’est aussi une longue tradition dans la romance (anglo-saxonne) : avouons que c’est un terreau propice aux belles histoires d’amour ! (voir mon article à ce sujet, ici)

Le vrai du faux

Le vrai :

  • Tout ce que je dis sur l’Histoire « chronologique » des Vikings, les dates, leurs invasions, leurs expéditions, les lieux qu’ils ont dévastés, la chronologie évoquée, l’ordre des invasions successives…
  • Toutes les villes, fleuves, abbayes que je cite comme ayant été pillées, brûlées, massacrées etc. avant 865 (date de mon roman)
  • L’Histoire de la conquête de l’Angleterre (qui ne s’appelait pas encore Angleterre) par les Danois et de la fondation du royaume du Danelaw : la conquête des royaumes anglais par les Danois a bien commencé par un débarquement en Est-Anglie, puis la conquête de la moitié sud de la Northumbrie, le sac d’York, la chute et la mort d’Ælle et de son rival Osberth, puis une redescente vers le sud, la prise de l’Est-Anglie puis de la Mercie par la suite etc. Les rois en place à l’époque, et que je cite (Edmond, Ælle, Æthelbert, Alfred…), mais aussi les rois et fils de roi vikings (Ivarr, Ubbe, Ragnar…) font bel et bien partie de l’Histoire ou, pour certains (Ragnar Lothbrok), de la légende scandinave…
  • Le massacre de Verden (par les troupes de Charlemagne), que des historiens prennent aujourd’hui comme véritable point de départ des épopées vikings, a bien eu lieu.
  • Certaines des mœurs et coutumes que j’évoque : polygamie, concubinage, incinération des morts, bûchers funéraires, esclaves… et sacrifices humains (même si ce point est discuté par les historiens – comme bien d’autres, du reste) ! Même le fait de brûler une esclave sur le bûcher funéraire d’un chef, après avoir été donnée à certains hommes liges du défunt, est attestée par certains documents (d’autres contestent la véracité de cette coutume…). Le supplice de l’aigle de sang est également avéré…
  • Le peu de détails (noms, attributs, caractéristiques…) que je rapporte sur leurs dieux et leurs légendes est vérifié (notamment les mythes sur Ran, Freyja…)
  • Les grandes périodes de l’ère viking (sacs et pillages-éclairs tout d’abord, puis tendance à hiverner sur place, puis la construction de forts, puis la colonisation en règle – Danelaw, Normandie, Sicile… – correspondent aux grands mouvements successifs de l’Histoire des Vikings du VIIIe au Xie s.
  • Le fait que les Vikings jouaient beaucoup sur leur réputation, leur rapidité, leurs bateaux et l’effet de surprise pour remporter des victoires faciles.

Le faux :

  • Les mœurs sexuelles des vikings (sauvages, crues, voire déviantes et totalement débridées…) Ça, c’était pour l’intrigue romanesque. On sait peu de choses sur leur sexualité mais, quitte à casser le mythe… j’ai même lu une fois qu’ils étaient pudiques !
  • La loi que j’évoque pour la liberté sexuelle des femmes : comme quoi une captive/prise de guerre ne peut être forcée par un autre et appartient à son seul maître, mais qu’une femme libre peut disposer de son corps à sa guise : ça, c’était pour le bien de mon intrigue. Cela dit, les Vikings étaient très en avance en matière de législation dans certains domaines, y compris en ce qui concernait la condition féminine : une femme pouvait tout à fait divorcer de son mari en cas d’insatisfaction ou de violence conjugale, par exemple ! Car attention : loin de n’être que les barbares que l’on aime fantasmer en eux… les Scandinaves étaient très en avance sur leurs contemporains en certains domaines (navigation, administration, égalitarisme, solidarité et… juridiction !)
  • Je me suis permis de compresser un peu les dates concernant l’invasion de l’Angleterre et la fondation du Danelaw : j’ai regroupé sur un seul été le débarquement en Est-Anglie, la conquête du sud de la Northumbrie et d’York, puis le passage-éclair en Mercie et la conquête de la totalité de l’Est-Anglie : tout cela a en réalité pris plusieurs années aux Danois. Je me suis permis de condenser ces divers événements (y compris le supplice du roi Ælle et du roi Edmond – qui ont vraiment eu lieu, et Edmond a vraiment été converti en martyr par la suite) pour l’intensité dramatique de mon roman.
  • J’ai délibérément occulté tout ce qui touche au roi Ivarr (surnommé « le désossé ») au cours duquel de nombreuses légendes circulent : était-il handicapé ? souffrait-il de la maladie des os de verre ? était-il malgré tout le berserker que l’on prétend ? Tout cela aurait compliqué et détourné inutilement le cœur de mon intrigue. J’en ai donc fait un roi comme les autres, sans handicap, force ou cruauté particulière (à l’inverse de la série « Vikings » qui utilise beaucoup son personnage).
  • Officiellement, ni « Angleterre » ni « Danemark » n’existaient. J’ai évité, au maximum et dans la mesure du possible, de mentionner ces noms de futurs royaumes mais, parfois, pour la compréhension du lecteur, j’y ai eu recours.

Attention cependant : tout ce qui touche à l’Histoire des Vikings reste encore très débattu aujourd’hui. L’historien Régis Boyer, spécialiste de la question, serait le premier à vous démonter nombre de rumeurs et faits que l’on attribue aux Vikings depuis bien longtemps ! En effet, les Vikings n’ayant aucune culture écrite, mais seulement une tradition orale, l’immense majorité des choses que nous savons d’eux viennent des témoignages laissés par les érudits – bien souvent des clercs – chrétiens. On comprend sans peine la parfaite subjectivité de tels témoignages (parfois même utilisés à titre de propagande !), et qu’on n’ait malheureusement hérité, par là même, que d’un côté de la médaille. Seule l’archéologie vient contrebalancer un peu l’image que ces moines, hommes de lettres et hommes d’église nous ont laissée de ces « barbares du Nord ».

Ne rédigeant pas une thèse, mais un roman, je me suis permis d’utiliser une vision plutôt « romantique » des Vikings, c’est-à-dire une vision, comme pour le Moyen-Age, l’amour courtois et la chevalerie, héritée de la période romantique – XIXe s. – qui a fait preuve d’un engouement certain pour toute la période médiévale et nous en a légué son entichement, qui se manifeste, aujourd’hui encore, dans toute la veine de l’heroic fantasy, par exemple, ou dans les châteaux forts et de chevalerie tels qu’on les trouve au cœur des jouets et déguisements d’enfants : tout cet enthousiasme et cette vision idéalisées du monde chevaleresque, comme du monde viking, nous les devons aux Romantiques, lorsque ceux-ci dépoussiérèrent cette période longtemps rejetée (par les hommes de la Renaissance ou encore les Classiques) et s’en emparèrent avec frénésie.

A bientôt pour de nouvelles aventures,

Aurélie

Pour voir/acheter mon roman viking sur Amazon, cliquez ici.

Texte : © Aurélie Depraz
Image : Couverture © Marine Manlay / Image clap libre de droit Pixabay

Tagged , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *