L'écriture, l'édition & moi

Interview 1 : pour mieux me connaître

Réponses aux questions de Delphine,
Chroniqueuse et blogueuse

 

Parle-nous de toi :

Ouh là ! J’ai tendance à tellement me disperser que de parvenir à résumer ma situation relève toujours de l’exploit ! Pour faire court, je vis à Bordeaux, je travaille en freelance et, comme je m’ennuie (très) facilement dès qu’il est question de routine et de répétition dans le travail, je compile différentes activités/professions libérales dans le domaine de l’enseignement (préparation d’élèves au baccalauréat dans les matières littéraires & linguistiques notamment, stages, cours privés…) et du tourisme (œnotourisme et événementiel œnologique). Je réponds aussi parfois à des demandes de travaux d’écriture (en tant que « ghost writer ») : articles, biographies, réécriture de mémoires universitaires… et à des demandes de cours en Français Langue Etrangère.

D’où t’es venue l’envie d’écrire ?

J’ai toujours fonctionné un stylo à la main. Enfant et adolescente, j’écrivais des poèmes, j’entretenais d’abondantes correspondances, j’ai commencé (et abandonné) deux longs romans, tenu de très nombreux journaux intimes, écrit des contes… J’étais la reine de la prise de notes frénétique au lycée et, plus tard, je n’ai jamais rien appris, écouté ou étudié (conférences, stages, formations, ateliers…) sans un carnet sur les genoux (ou plutôt un grand cahier !) et un stylo fébrilement perché au bout des doigts – stylo qui s’est, avec les années, parfois transformé en clavier d’ordinateur portable selon les contextes. J’ai toujours aimé chercher, découvrir, analyser, compiler et retranscrire, quoi que j’aborde, quoi que j’apprenne J

Mais pour ce qui est de me mettre à écrire, adulte, mes premiers vrais romans, le déclic est venu lorsque je me suis remise à la lecture « plaisir », après de longues années de break, sans lire de romans (je vous passe les détails !). Je suis tombée l’année dernière sur plusieurs romances historiques dans des « boîtes à livres » dans la rue, et j’ai eu le coup de foudre pour les meilleures d’entre elles.

En fait, mon entourage m’a toujours dit que je devrais écrire des livres (fiction, non-fiction…), que ma vie se trouvait là, mais, entre mes 20 et 30 ans, je me suis éloignée de la lecture « plaisir », avec pour principal souvenir de la littérature romanesque les polars, thrillers et autres romans « Chair de poule » que je lisais étant enfant, ou encore les grands classiques étudiés au lycée et en prépa. Rien qui ne m’inspire vraiment pour ma propre écriture : si j’appréciais de les lire, je ne me voyais pas écrire dans le même style. Quand j’ai lu mes premières romances historiques, en revanche, j’ai su que ça correspondait à ma « fibre profonde » (je n’ai pas trouvé moins pompeux, désolée !!^^). Et d’ailleurs, mes deux premières ébauches de romans, ado, relevaient déjà de ce genre ! Je les ai ressorties depuis du vieux tiroir où elles prenaient la poussière… et l’une d’elles m’a servi de base pour ma 2e romance médiévale !^^

Comment te vient l’inspiration ?

Pour ce qui est de la trame globale de chaque roman, du scénario de base, les grandes idées me viennent de lectures passées, de films, de rêves (je rêve beaucoup !), de fantasmes, de mélanges de souvenirs…

Après, j’effectue mes recherches sur le contexte historique et géographique que j’ai choisi (l’Ecosse et le Moyen-âge dans le cadre de mon premier roman par exemple) : l’Histoire (la grande !) se charge de me donner de nombreuses autres idées. Car quand on se penche sur les faits du passé, l’Histoire de la Grande-Bretagne, les dynasties, les intrigues politiques… croyez-moi, c’est Games of Thrones, là-dedans ! Le contexte historique me donne donc d’autres pistes, de quoi jouer avec la réalité historique, faire s’entrecroiser les hauts faits de l’Histoire avec l’intrigue amoureuse de mes personnages… Ça me donne beaucoup de matière supplémentaire.

Je poursuis donc mes recherches et prends de nombreuses notes ; des idées émergent ; des ampoules s’allument ; je laisse mûrir le projet, le fil directeur de mon histoire, des bribes de dialogues commencent à émerger la nuit, je me réveille en sursaut, je dois écrire les citations qui me viennent pour ne pas les oublier, une métaphore par-ci, une réplique cinglante par-là…

Et puis, quand je sens que c’est « mûr », je me mets à mon clavier un beau matin (ou en plein milieu d’une nuit)… et je ne m’arrête plus (sauf pour dormir quelques heures le soir, mais mes nuits sont alors très courtes et très entrecoupées) jusqu’au point final. J’écris mon livre de A à Z, dans l’ordre chronologique (gage pour moi de cohérence), et de nombreuses autres idées s’ajoutent au fur et à mesure que j’avance dans la rédaction. Je les incorpore au récit en veillant à garder toute la cohérence de l’intrigue et des personnages.

Que représente l’écriture pour toi ?

Ma façon de vivre, de fonctionner, d’apprendre, et même de voyager. Comme je l’ai mentionné plus haut, j’ai toujours écrit, j’ai toujours accumulé les carnets, les dossiers, les classeurs… et j’ai beaucoup de mal à me séparer de mes écrits, même vieillots. J’ai encore mes livres, classeurs et cahiers de collège !

Quand j’ai écrit mes 3 premières romances, j’étais littéralement en transe : je ne mangeais plus, je ne me préparais plus, je ne dormais plus… C’était comme si j’avais attendu ça toute ma vie. Bien plus qu’une passion, c’est… comment dire ? Une partie de moi. Il faut que j’écrive. Je ne peux pas m’en empêcher. Je ne peux pas même regarder une vidéo youtube sur le développement durable ou un « Secret d’Histoire » sur Jeanne d’Arc sans prendre des notes ! (c’est grave, docteur ?^^)

Ma déco intérieure ? Des livres, des cahiers, des blocs-notes, des agendas, des romans, des classeurs, des trieurs, des archives… J’ai besoin de garder une trace, d’imprimer les connaissances, les souvenirs, mes ressentis, de les coucher sur le papier. En voyage, même chose : je me documente sur la destination, j’apprends, j’écris, je prends des notes, je photographie… et je crée des albums-souvenirs nourris de nombreux commentaires, ouverts sur l’historique du pays ou de la capitale concernée…

Certains membres de mon entourage se demandent comment j’ai pu mettre autant de temps avant de trouver enfin « ma voie » (et « ma voix »)…

Parle-moi des auteurs qui t’inspirent?

  • Alexandre Dumas : je dévorais déjà bien des romans avant lui, mais Le comte de Monte-Cristo… ça a été ma première grande histoire d’amour avec la littérature, au collège. Et son style, malgré tous les mots que je ne comprenais pas encore, m’a littéralement ravie.
  • Henri Troyat : dans ma famille, Les semailles et les moissons, c’est un coup de cœur transmis de génération en génération (ma grand-mère, ma mère, moi…)
  • Kathleen Woodiwiss, un peu la pionnière de la romance historique moderne, dans les années 80. C’est, entre autres, son roman Un mariage de convenance qui a constitué le déclic dans mon envie d’écrire des romances historiques.
  • Choderlos de Laclos : avec Les Liaisons dangereuses, encore une fois, c’est une plume, absolument superbe, qui m’a enchantée (sans parler de l’intelligence des propos, de l’esprit extraordinaire dont font preuve les personnages, de son art de la répartie…)

As-tu d’autres projets d’écriture ?

Et comment ! J’ai 2 autres romances prêtes à être corrigées et publiées, et 3 à 4 autres scénarios en tête pour des romances médiévales. Puis j’ai des idées pour d’autres romances historiques mais plus tardives, type XIXe s. (France et/ou Angleterre, époque Régence, Victoria, Napoléon…), et pour au moins une histoire durant la 2e Guerre Mondiale. Enfin, j’ai deux scénarios de chick-lit (rien à voir !^^) en tête.

Quelle est le style de lecture que tu aimes ?

Les romances, surtout historiques (évidemment !) et les romans policiers ont ma préférence.

Mais depuis peu, j’ai décidé de me (re-)mettre aux grands classiques de la littérature, tous genres confondus.

Côté non-fiction, tout ce qui est psychologie, spiritualité, développement personnel, Histoire, anthropologie, développement durable et éco-citoyenneté. Ça, je dévore.
Enfin, j’aime me laisser porter par ce que le hasard des boîtes à livres met sur mon chemin… mais je réalise que mes doigts vont naturellement aller saisir l’ouvrage qui ressemble à du développement personnel, à de la romance, à du polar ou à de l’historique…

Décris-toi en un seul mot :

Passionnée.

Interview qui sert à rien :

Bonbon ou chocolat  ? chocolat

Salé ou sucré ? les deux, mon capitaine ! Mais bon, pour la petite gourmandise, la récompense, le réconfort : sucré, j’avoue.

Café ou thé ? ni l’un ni l’autre ! Ou alors juste, à l’occasion, pour accompagner un scone ou un cupcake, un vrai café viennois, avec un max de chantilly (je viens d’avouer ma « sweet tooth » ! logique, donc)

Dessous sexy ou confortable ? euh… joker ? ^^ Disons que… ça dépend de l’humeur !

La première chose que tu fais le matin ? Je me jette sur mon ordinateur et je fais des recherches, je recopie et mets au propre les idées que j’ai eues dans la nuit…

Tes personnages de roman préférés : musiciens, sportifs, intello,…. ? Spontanément, pour de la romance, je dirais les hommes forts et charismatiques. Intelligents et puissants. Mais j’adore aussi les personnages, principaux ou secondaires, qui ont de l’humour.

Quel couple d’acteurs aimerais-tu voir jouer tes personnages ? J’avoue ne pas être très calée ni en matière de cinéma, ni en matière de célébrités. Je pense surtout que c’est en voyant un visage et une façon d’être que je pourrais me dire « il/elle correspond ». Comme ça, spontanément, je ne vois pas d’acteur ou d’actrice célèbre qui corresponde à l’idée que je me suis faite de mes personnages.

Une dernière chose à rajouter? Je te laisse la parole

Merci à ceux et celles qui décideront de se lancer dans « Pour l’amour d’une Sasunnach », et à toi pour cet espace sur ton blog et dans ton emploi du temps ^^

 Merci Delphine pour ces questions donnant à mes lecteurs l’occasion de mieux me connaître 🙂

 

Pour retrouver Delphine, ses chroniques, ses coups de cœur, ses avis, retrouvez-la sur le blog qu’elle partage avec sa co-blogueuse Lixia : http://aucoeurdunepassion.over-blog.com/

Photo : © Christophe Brachet (petit montage par Delphine)

Tagged

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *