Littérature, amour & érotisme

Les codes de la romance

Les lecteurs (surtout lectrices) d’une romance attendent, comme dans tout genre spécifique, qu’on réponde à certaines de leurs attentes.

  • Règle n°1 : se concentrer sur une histoire d’amour : le récit doit s’articuler autour de deux personnes et la construction de leur relation doit occuper le cœur et l’essentiel de l’histoire, si bien que tout doit converger vers cet aspect du roman – les sentiments –  : les conflits, les péripéties, le point culminant de l’action… ;
  • Règle n°2 : présenter une fin heureuse. Comme toute règle, cette règle est parfois enfreinte, mais c’est plutôt déconseillé par les éditeurs pour la plupart des sous-genres de la romance : ce n’est pas au goût du public et ne répond pas à ce qu’il vient chercher par ce genre de lectures ;
  • Règle n°3 : apporter une satisfaction émotionnelle (d’où l’importance de la règle n°2).

Selon les modes et les tendances, quelques règles et restrictions, officielles ou implicites, sont venues se greffer à ces deux fondamentaux :

  • Eviter les histoires d’amour homosexuelles (règle plus ou moins implicite à la fin du XXe s., où le public n’était pas encore assez réceptif pour que ces scénarios rencontrent un véritable engouement). Bien sûr, ce genre de trames tend aujourd’hui à se banaliser, avec l’apparition de tout un catalogue lui étant spécifiquement consacré, mais c’est encore très marginal à l’échelle de la production globale ;
  • Faire se rencontrer les deux personnages principaux au début du roman ;
  • Récompenser les « gentils » et sanctionner les « méchants » (comme dans la fantasy), ce qui revient à la règle n°2 : une fin heureuse !
  • Eviter certains thèmes comme l’adultère (eh oui, ça ne plaît pas…) ;
  • Présenter des personnages emblématiques : des hommes forts, virils, dominants, confiants…
  • Pour les romans sériels (romans courts, de moins de 55 000 mots – voir cet article), par la force des choses : éliminer ou reléguer à l’arrière-plan les sous-intrigues et personnages secondaires ;

Bien sûr, plusieurs de ces points font débat : certains les estiment indispensables, d’autres dévient des standards… Concernant la dose d’érotisme, certains prônent le simple baiser chaste, d’autres vont jusqu’à des scènes « hot »…

Seul point indiscutable : la relation amoureuse est le CŒUR de l’histoire. Alors, messieurs, inutile de nous dire qu’il y a « trop de sentiments » et « pas assez d’action » ! (on connaît la rengaine !^^)

 

Texte : © Aurélie Depraz
Crédit photo : © Charles Platiau/Reuters.
Source : https://www.huffingtonpost.fr/news/cadenas-d-amour/

Tagged , , , ,

2 thoughts on “Les codes de la romance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *