L'écriture, l'édition & moi

Ces merveilleux hasards… qui font si bien les choses…

ou… les mains du destin ?

Au printemps 2017, mon compagnon et moi nous rendions dans l’Entre-deux-Mers, une région du bordelais, pourtant charmante à souhait, où nous ne nous rendons presque jamais (quel dommage ! Mais que voulez-vous ! On ne refait pas le pluriséculaire clivage rive gauche / rive droite de notre région en un simple claquement de doigts !^^).

Nous nous rendions dans un petit village perdu au cœur de ces vallons et bosquets verdoyants qui font tout le cachet de ce pays coincé entre Garonne et Dordogne et prenions notre temps, par ce matin ensoleillé, si bien qu’en traversant un village posé en haut d’un coteau, et en contournant sa place de l’église offrant une vue sur la vallée qu’il dominait, nous avons choisi de nous garer et d’aller admirer la vue. Nous étions en avance. Nous avions le temps.

Nous revenons sur nos pas et traversons la place vide de l’église en direction du point de vue ouvert entre les arbres. Et là, au beau milieu de la place, qu’aperçois-je ? Une boîte à livres remplie à ras bords, qui me tend les bras. Je ne me suis pourtant pas remise à lire depuis longtemps, mais cette boîte m’attire comme un aimant.

Une femme a visiblement décidé d’y déposer toute sa collection de romans d’amour (ou peut-être seulement une partie !) car des dizaines de « J’ai Lu pour Elle » et de « Harlequin » se disputent la place. Le petit abri de bois regorge de romances historiques. Les résumés me tentent tous plus les uns que les autres, et je finis bientôt par réquisitionner les bras de mon compagnon pour tenir les quinze romans que j’ai déjà sélectionnés et poursuivre mon exploration. Finalement, j’offre à peine un regard à la vue avant d’aller déposer mon précieux butin dans la voiture, sous l’oeil incrédule (et devant les bras fort chargés) de mon compagnon. J’emporte quoi, vingt livres ? Et il en reste trois fois plus. Mais il faut être raisonnable… ^^

Je l’avoue, ce jour-là, j’ai fait une razzia. Mais je vous rassure, j’ai assuré la redistribution de ces romans ensuite ! 😉 (ou d’autres depuis)

J’ai lu quelques-uns de ces ouvrages ; certains étaient très bien écrits et vous transportaient, d’autres moins. J’en ai lu un, puis deux, puis trois pendant l’été. Une romance écossaise par-ci… une romance viking par-là… Et là, au beau milieu de mes vacances dans le Val de Loire (à moi les châteaux !), le déclic : bon sang, mais c’est ÇA que je veux écrire !

Un premier scénario a commencé à germer dans mon esprit, puis un second, puis un troisième. J’ai pris des notes, butiné les idées et attendu impatiemment la rentrée et la fin de la saison des mariages pour pouvoir m’y mettre. C’était le début d’une merveilleuse (et, je l’espère, longue) aventure. Début novembre, j’écrivais mon premier roman. En janvier, le second. En février, le troisième… Et je publiais Pour l’amour d’une Sasunnach en juin !

Nous étions partis pour notre destination Entre-deux-Mers un peu à l’aveugle, au hasard des routes, en suivant vaguement la destination finale.

Je n’ai jamais retrouvé cette boîte à livres. Je disséquerai toute la région avec Google Satellite s’il le faut, mais je la retrouverai ! Je n’ai pas cessé d’y penser depuis bientôt deux ans… Un petit pélerinage s’impose, je crois !

Texte : © Aurélie Depraz
Image libre de droit Pixabay

Tagged

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *