L'écriture, l'édition & moi

Interview 2 : Pour mieux me connaître

Réponses aux questions de Sammy FG, administratrice du groupe facebook “Entrer dans la romance”

 

1/ Peux-tu te présenter en quelque lignes ? (date de naissance, nationalité, nom d’auteur…) enfin ce que tu veux bien nous dire 😉

Bonjour à toutes ! Je suis née le 7 novembre 1987, je suis française et j’écris sous mon propre nom : Aurélie Depraz. Bordelaise d’adoption et de cœur depuis 2008, je  suis passionnée d’Histoire, de littérature, de philosophie et de sciences humaines en général (socio-, psycho-, ethnologie…) autant que de langues étrangères. Je suis aussi une passionnée de photographie et de voyages.

2/ Quels sont tes livres publiés ? Et dans quelle maison d’édition ?

Je viens de publier Pour l’amour d’une Sasunnach, ma première romance historique ; c’est la seule publication que j’aie à mon actif, mais je compte bien étoffer rapidement mon catalogue !^^ Etant de nature très indépendante (je travaille en freelance depuis bientôt 10 ans et n’ai jamais été salariée), j’ai choisi l’auto-édition pour cette première aventure. J’ai par ailleurs déjà écrit deux autres romances historiques, que je prendrai bientôt le soin d’éditer également. 🙂

3/ Parle-nous de ce premier roman…

 Pour l’amour d’une Sasunnach, c’est l’histoire d’un amour improbable qui naît, à la fin du XIVe s., entre un grand seigneur d’Ecosse, Ian McAlistair, et Alannah d’Harcourt, la jeune lady anglaise qui lui est offerte, bien malgré elle – et bien malgré lui – en mariage par le roi d’Angleterre.

Ian est aussi amoureux de son indépendance que de celle de son pays, et aussi hostile à l’idée du mariage qu’aux appétits du roi anglais. Alannah, belle et racée, a été choisie avec soin par son suzerain comme cadeau diplomatique. A la fois pudique et insoumise, farouche et contrainte, elle a bien du mal à se faire à ce qu’elle vit comme un exil dans les contrées reculées du Nord… et à cet homme fascinant qui semble tout faire pour la contrarier.

4 / Quelles sont tes prochaines sorties ?

Une autre romance historique, pour la fin de l’année 2018. Nous retrouverons amours et passions, mais cette fois entre les côtes scandinaves et celles d’Est-Anglie, au IXe s… Ça vous rappelle quel grand chapitre d’Histoire-géo ? 😉

5/ Auteure est ton principal métier ou tu en as un autre ?

Je suis indépendante et combine différentes activités : d’une part, des interventions en œnotourisme et en événementiel œnologique (quelle surprise, pour une bordelaise !^^) et d’autre part, la préparation d’élèves au baccalauréat dans les matières littéraires (Français en tête). Parfois aussi, je réponds à des commandes de travaux d’écriture (biographies, réécriture de mémoires, articles…), à des demandes de cours de Français Langue Etrangère ou au besoin à de menues traductions.

Mais ce qui occupe le plus mes journées depuis dix mois, au milieu de cette débauche d’occupations… c’est malgré tout bien l’écriture ! (et le travail de promotion qui va avec, avouons-le !) 🙂

6/ Quels sont tes projets pour 2018 ? Ecriture ou autres ?

Côté écriture, m’atteler au travail éditorial et promotionnel de mes deux romances historiques suivantes J L’une se déroule, comme dit précédemment, entre la Scandinavie et les côtes anglaises à la fin du IXe s., et l’autre entre l’Aquitaine et la Champagne au XIIe s. Beaucoup de travail en perspective !  Ah, et puis j’aimerais trouver le temps d’écrire ma 4e romance (au moins!) dont le scénario me travaille depuis plusieurs mois, mais à laquelle je n’ai pu donner aucune place depuis que j’ai décidé, en mars, de me lancer dans l’auto-édition (la publication de mon premier roman et la découverte du milieu de l’auto-édition m’a pris tout mon temps !).

7/ Comment organises-tu ton temps pour écrire ?

Pour mes trois premières romances, c’est le même cheminement qui, chaque fois, s’est présenté. Me connaissant, il y a de bonnes chances que je continue à écrire ainsi (mais, sait-on jamais !…) :

  • un contexte spatio-temporel m’attire (l’Ecosse médiévale dans le cadre de ma première romance par exemple).
  • ce contexte m’inspire un scénario de base, les grandes lignes d’une intrigue, la trame d’une histoire, deux personnages et l’idée de leur relation. Un début, un cadre, et une fin.
  • je me consacre pendant environ deux mois à d’intenses recherches sur le contexte historico-géographique choisi (toujours pour ma première romance : le Moyen-âge, l’Ecosse du XIVe s., l’Histoire intégrale de l’Ecosse, les dynasties anglaises, écossaises et britanniques au fil des siècles, les conditions de vie de l’époque, la culture écossaise, les Highlands, le système clanique, la condition féminine, l’alimentation au Moyen-âge etc.).
  • ce faisant, je laisse monter la pression, des idées de péripéties, l’épaisseur de mes personnages. Des dialogues, des réparties, des citations, des phrases-clés commencent à me venir, souvent la nuit : je me lève alors, je les prends en note pour ne pas les oublier, et je me rendors. Petit à petit, l’envie d’écrire monte, les idées abondent.
  • quand je décide de me mettre enfin à l’écriture de ma romance, je m’y attelle un beau matin, et j’écris 12 à 15h par jour non-stop jusqu’au point final. J’écris mon roman de A à Z, d’une traite, dans l’ordre chronologique. Le meilleur moyen pour moi de conserver la cohérence de mon intrigue, des faits, de mes personnages et de leur évolution à la fois psychologique et sentimentale.

8/ Pourquoi l’auto-édition et pas une maison d’édition ?

C’est une longue histoire ! Si longue que j’y consacre deux articles dans mon blog, que vous pourrez retrouver ici et ici. Mais pour faire court, à force de me renseigner sur le monde de l’édition, de comparer ce qui se disait sur les grandes maisons d’édition, les petites, les spécialisées et l’auto-édition (notamment via Amazon), j’ai été de plus en plus attirée par cette dernière option, qui correspondait à bien des égards à mon propre mode de fonctionnement, à mon besoin de liberté, de maîtrise, d’indépendance et de choix… Je travaille en freelance depuis presque 10 ans, et l’autonomie, la liberté de mouvement et la franchise de toute contrainte extérieure sont très importantes pour moi. Je n’ai l’habitude ni d’être bridée, ni qu’on m’impose des conditions… (même si Amazon a ses conditions aussi, évidemment… mais ce n’est pas la même chose du tout que les choix éditoriaux d’un éditeur !)

9/ Y a-t-il une personne qui t’inspire plus que d’autres ?

Non, j’ai tendance à puiser mon inspiration dans mes propres rêves, dans mes propres fantasmes bien sûr, mais aussi dans de nombreuses lectures et de nombreux films, consciemment ou non. Mais il n’y a pas d’auteur – ou de personne dans ma vie d’ailleurs – qui m’inspire plus que d’autres.

10/ Comment est venue ton envie d’écrire une histoire d’amour?

Je suis une grande romantique et une grande passionnée ; j’ai toujours aimé les belles histoires d’amour (qui finissent bien !!!!) et c’est peut-être pour moi la chose la plus importante dans la vie^^

11/ Un mot pour conclure

Un grand merci aux administratrices du groupe « Entrer dans la romance » pour leur énergie, leur travail de promotion, leur implication, leur dévouement, leur réactivité et leur volonté de faire vivre ce groupe de façon riche et planifiée. Quel boulot ! Quel confort, en tant que membre ! Quant à celles qui se lanceront dans l’histoire d’Ian et d’Alannah, j’espère qu’elle vous fera vibrer d’émotion, de passion… et de désir !:)

Pour retrouver le groupe de Sammy FG, de Sissie Roy et de Virginie Jossuet, « Entrer dans la romance », RV sur Facebook !^^

 

Texte : Questions : Sammy FG / Réponses : Aurélie Depraz
Illustration de l’article : Unsplash

Tagged , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *