L'écriture, l'édition & moi

Pourquoi le choix de l’auto-édition ? 1/2

La question du parcours (souvent du combattant) suivi par un auteur dans les méandres de la jungle éditoriale est pour le moins récurrente : que l’on s’apprête à publier un premier roman ou que l’on soit déjà parvenu à se faire une place au soleil, la question de savoir comment on y est arrivé, quel chemin on a emprunté, quels revers de fortune on a essuyés, quelles étapes on a suivies, quels obstacles franchis, en intrigue toujours plus d’un.

Par ailleurs, le monde de l’édition change : entre les éditions à compte d’auteur et l’auto-édition, les occasions pour un auteur de voir ses œuvres diffusées hors des circuits traditionnels se sont démultipliées : dès lors se pose le problème du choix au moment de se lancer dans une démarche active de publication. Viser les maisons d’édition traditionnelles ? les grandes ? les petites ? les généralistes ? les spécialistes d’un genre ? Passer par des voies détournées ? Attendre des réponses ? Foncer directement vers l’auto-édition ? Se lancer tous azimuts ? Quelle méthode adopter ?

Par souci de transparence – et aussi parce que le mode de l’auto-édition reste méconnu et empreint, quoique de moins en moins, d’idées reçues et d’étiquettes de toutes sortes – je vais donc tenter ici de répondre de mes propres motivations et de rapporter les différents facteurs m’ayant incitée à me tourner – très rapidement, vous allez le voir – vers l’auto-édition.

Il n’est point question ici de me lancer dans un comparatif exhaustif des différents modes d’édition (grande maison parisienne, petite maison de province, édition à compte d’auteur, auto-édition…) : d’autres l’ont déjà fait avec pertinence et le web regorge d’études très bien faites de professionnels bien mieux renseignés que moi sur le domaine du livre, ses rouages et ses secrets. Je me contenterai pour ma part de rapporter les divers arguments m’ayant très vite poussée à me lancer dans l’auto-édition sans même passer par la case « recherche active et acharnée d’un éditeur traditionnel » qui la précède souvent, mais non plus systématiquement, nous le verrons.

Bien sûr, lorsque l’heure m’a semblé venue de me lancer dans une démarche active visant la publication de ma première romance historique, en février, je me suis tout d’abord lancée dans de vastes recherches concernant les maisons d’édition en tous genres : les plus connues, les généralistes, les spécialistes de la littérature sentimentale, leur réputation, leurs lignes éditoriales, leurs catalogues… A force de recherches, plusieurs réalités me sont peu à peu apparues (les sites se recoupaient, les témoignages convergeaient, les chiffres répétés ici et là parlaient d’eux-mêmes) sur le monde de l’édition, son imperméabilité, ses contraintes, ses difficultés, ses délais surtout !

Je n’ai tout d’abord pas envisagé l’auto-édition, dont j’ai pourtant tout de suite entendu parler comme d’un nouvel eldorado, à la fois formidable opportunité et incommensurable chaos : l’aspect éditorial d’une telle entreprise, à la fois technique, juridique, fiscal et graphique, ne parlait guère à la petite propension naturelle à la paresse qui sommeillait en moi (comme, probablement, au fond de chacun de nous du reste). Tout faire soi-même ? Gérer le formatage ? Les mentions légales ? Les démarches administratives ? Les images ? Le web ? Très peu pour moi, merci ! Et puis, quelle pommade pour l’ego si un éditeur me disait : « Je le veux ! ».

Alors j’ai pris le temps de me documenter rigoureusement sur les quelques maisons d’édition que je souhaitais démarcher en priorité, de les hiérarchiser, de les trier, de peser le pour et le contre, de les étudier de près et de préparer mes manuscrits, enveloppes et lettres d’accompagnement avec minutie, en fonction des exigences de chaque enseigne. Et j’ai envoyé ma première salve (9 éditeurs ciblés, uniquement des « grands » – « on ne sait jamais », me disait-on, « ne pas se censurer, ce serait trop bête »).

Je me suis ensuite consacrée, les 3 semaines suivantes, à diverses activités sans aucun rapport avec mes livres : je m’étais mis en tête d’attendre tranquillement mes réponses, puis, au bout de 3 à 6 mois, de préparer ma 2e salve d’envois (si tous les retours s’avéraient négatifs, comme il fallait apparemment s’y attendre dans 99% des cas, voire dans 999 cas sur 1000, voire même dans 5999 cas sur 6000 d’après de nombreux sites, articles et témoignages d’éditeurs mêmes). Mais j’étais partie dans l’idée de laisser les choses se faire et de poursuivre ma vie –et mon écriture ! – en attendant sagement – ce qui ne me ressemble guère pourtant – les retours successifs des maisons contactées. Alors seulement je contacterais des maisons plus spécialisées dans la romance.

Je ne sais pas très bien ce qui s’est passé au cours de ces 3 semaines, mais l’idée de l’auto-édition (via Amazon notamment) a commencé à prendre de plus en plus de place, comme une graine qu’on aurait plantée par inadvertance dans un petit coin de ma tête et qui se serait mise à pousser d’elle-même : plusieurs articles enthousiastes sur ce mode de fonctionnement, que j’avais lus lors de mes recherches et dont les échos devaient encore résonner à mes oreilles ; des reportages ; des interviews ; un conseil par-ci ; un retour par-là ; des faits divers ; des rapports et témoignages sur le géant Amazon… tous ces petits cailloux ont peu à peu fait cheminer l’idée en moi. Et, a contrario, les difficultés inhérentes à la tentative même de se faire repérer par un (bon) éditeur classique jouaient en défaveur du processus traditionnel. Mon impatience habituelle a fait le reste.

Ah, oui ! Et puis, un défi, aussi. Je n’ai pourtant rien du Marty McFly de Retour vers le futur, qui relevait n’importe quel challenge, aussi stupide fût-il, tant l’idée qu’on puisse le qualifier de « poule mouillée » lui faisait horreur. Mais quand un ami, avec qui je prenais tranquillement un petit un café-cupcake en terrasse, visiblement très enthousiasmé par ce tournant que prenait ma vie, m’a d’un seul coup brandi sa cuillère pleine de crème pâtissière sous le nez et m’a lancé tout à trac : « il faut que tu le tiennes entre tes mains au mois de juin, ton bouquin ! Tu dois t’en faire imprimer un lot sans attendre les retours des éditeurs ! Tu dois prendre les devants, explorer toutes les pistes ! », quelque chose, sans que j’en sois tout d’abord consciente, a dû se déclencher en moi, quelque chose qui relève de l’écervelée jeunesse – ou de l’ego surdimensionné – du McFly en question. Entre deux bouchées de red velvet, j’ai gentiment hoché la tête, en lui disant que j’y réfléchirais, sans trop y croire cependant. Je ne pensais pas exploiter ce conseil-là dans l’immédiat, bien décidée que j’étais à attendre les retours des « grands » éditeurs (ma petite fée paresse veillait au grain).

Mais la graine (l’autre) était plantée. J’ai peu à peu commencé à creuser la question, et bientôt j’ai décidé :

  • qu’en juin, j’aurais proposé mon livre à la vente sur Amazon, tant en version numérique que papier
  • que je n’attendrais pas les retours des éditeurs
  • qu’il fallait effectivement que ce roman sorte vite, car, d’une part, j’en avais écrit deux autres depuis que j’avais apposé son point final au premier ; car, d’autre part, de nombreux autres scénarios se bousculaient au portillon ; car, enfin, il me semblait indispensable que les premiers commencent à vivre une vie concrète avant que les suivants ne soient couchés sur le papier, sous peine de finir, au fil des années, au fond d’un tiroir, ensevelis sous la poussière de l’oubli.
  • que, si jamais un retour d’éditeur s’avérait positif d’ici-là, il serait toujours temps d’aviser.
  • mais que je ne resterais pas les bras croisés pendant des mois à ne rien faire, pire ! à guetter anxieusement mon courrier (bon, ce qui n’était pas le cas de toute façon, vu les délais annoncés par la plupart des maisons à qui j’avais choisi d’adresser mon manuscrit en premier, « au cas où » : les grandes – soyons fous).

Alors, je m’y suis mise. Et plus j’ai fouillé la question, plus je me suis formée sur le plan technique, renseignée sur l’aspect juridique, instruite sur les aspects fiscaux, sur les chiffres, sur les solutions, sur Amazon, plus cette option de l’auto-édition m’a séduite. Alors j’ai retroussé mes manches et je me suis jetée à l’eau.

Oh, je vous mentirais si je vous disais que je ne me suis jamais tiré les cheveux, que je n’ai jamais songé à tout envoyer valser, que je n’ai fait aucune crise de nerfs, que je n’ai passé aucune nuit blanche, que je ne me suis jamais sentie dépassée par la masse d’informations à intégrer, de compétences à développer, de connaissances à assimiler et de points à maîtriser ; je vous mentirais aussi si je vous disais que la réalisation de mon premier livre de A à Z n’a été qu’une merveilleuse expérience transcendantale et une source incommensurable d’épanouissement personnel. Je vous mentirais si je vous disais que je n’ai jamais songé à abréger mes souffrances d’une façon ou d’une autre et que j’ai vécu la plus belle expérience de ma vie. L’accouchement a été douloureux.

Mais le mode de fonctionnement de l’auto-édition, à la fois libre, autonome, indépendant et calqué sur mon propre rythme, a fini de me convaincre. Je vous indiquerai dans un autre article tous les avantages de l’auto-édition au regard de ma propre personnalité (ce qui est fondamental dans le choix à opérer en la matière), et, dans un autre, le revers de la médaille…

 

Texte : © Aurélie Depraz
Source photo : Unsplash

Tagged , ,

1 thought on “Pourquoi le choix de l’auto-édition ? 1/2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *